Jouy-Mauvoisin Village du sud-Mantois

logo du site
  • Jouy-Mauvoisin
  • Jouy-Mauvoisin
  • Jouy-Mauvoisin
  • Jouy-Mauvoisin
  • Jouy-Mauvoisin

Accueil du site > Infos municipales > Patrimoine local

Patrimoine local

Patrimoine

L’église Sainte Foi

 

Eglise Jouy-Mauvoisin

L’église Sainte Foi bâtie au XII siècle a été remaniée au XVI siècle puis nous le verrons, reconstruite au XIX siècle.
Voici la description que Poulain en fait dans son ouvrage " Eglises du canton de Bonnières"
" Cette modeste église possède une nef et un chœur dont le chevet se termine en trois pans. Les murs sont en blocage de pierres calcaires et de silex, recouverts d’un enduit.
Les fenêtres, en général ont été élargies.
La porte d’entrée masquée par un porche en maçonnerie, s’ouvre sur un pignon occidental, au pied de la tour du clocher accolée contre. Cette tour de plan carré semble datée du XVI ème siècle. La nef et le chœur sont voûtés en berceau, en plâtre sur lattis. Dans le chœur se voit une pierre tombale gisante, d’un prêtre du lieu sans doute, dont l’inscription gravée en lettres romaines est presque effacée, on y lit encore ceci : "…corps de vénérable et discrète personne M. Robert…….".
En 1833, Armand Cassan dans " Statistiques de l’Arrondissement de Mantes" la décrit en ces termes : "Son église, aujourd’hui sans croisés et sans vitres, offre l’image de la solitude et de l’abandon …." .
Néanmoins, en 1832, selon Le Registre des délibérations du Conseil Municipal, des travaux de réfections du clocher furent entrepris. Peut-être avait-on paré au plus pressé ?
Toujours selon Poulain : " Une inscription existant à l’intérieur indique que la couverture de l’église a été refaite à neuf en juillet 1845". En réalité l’inscription, s’il s’agit de celle-ci, indique :" En 1851, dans le mois de juillet la réparation de la couverture de l’église a été faite à Jouy par etc…"
En 1870, soit 25 ans plus tard, de gros travaux étaient décidés par le Conseil Municipal.
Il semblerait que l’église dédiée à Sainte-Foi n’est pas toujours été parfaitement entretenue, si
ce n’est à la mesure des budgets communaux.
En 1946, un compte rendu du registre du Conseil Municipal mentionne que : "L’église a été endommagée par l’ébranlement causé par les bombardements aériens de Mantes et par les tirs de l’artillerie américaine en position aux environs . Ces dommages doivent être considérés comme dommages de guerre ".
Après bien des problèmes financiers, l’ouverture d’une souscription auprès des habitants, la commune a pu réparer le bâtiment cultuel, et effectuer des travaux sur les vitraux entre 1959 et 1965.
Toujours dans "Eglises du canton de Bonnières" écrit en 1961, on lit : "L’église…..accuse un délabrement complet, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, car les toits de tuiles, crevés en plusieurs points, font présumer une ruine prochaine. Des photographies de l’édifice en question, prises en 1962, l’attestent. Le cimetière s’étend à coté et souffre lui aussi de l’indigence du budget de cette petite commune".
Une photographie de l’église prise en 1970 montre que des travaux de restauration ont sérieusement remis en état l’édifice.
L’église renferme une belle statue en pierre, de Saint Mesmin tenant entre ses mains ses entrailles ; Autrefois, il était invoqué pour guérir les éventrations, hernies et coliques. Dans la revue" Les Amis du Mantois" on peut lire que :" des bateliers de Conflans étaient venus demander la guérison d’un enfant atteint d’une hernie ombilicale. Ce fut une des dernières suppliques adressées au Saint". Cette statue daterait de la fondation de l’église et aurait été achetée par la fabrique* de Buchelay, les autres sont en plâtre (Inventaire du 6 février 1883).
D’après un inventaire nettement plus récent elle daterait du milieu du XV ème siècle.
A l’intérieur, on peut remarquer des poutres avec des engoulevents ainsi que des graffitis des XVIII et XIX siècles.
Depuis 1974, une messe traditionnelle est célébrée le dimanche matin.
 
*Fabrique : Groupe de clercs ou de laïcs chargés de l’administration financière d’une église.



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF